22 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

Ils chantent Charles Manson

Les Beach Boys ne sont pas les seuls à avoir chanté Charles Manson. En 1974, Neil Young, dans Revolution Blues, racontait la cavale de Manson et de ses acolytes. Le célèbre chantre du metal industriel, Marilyn Manson, tire son nom de scène d’une référence directe à la monstrueuse dualité américaine: d’un côté le meurtrier, de l’autre, la référence glamour de l’époque, Marilyn Monroe. Les Guns N’ Roses ont également repris la chanson Look at Your Game Girl. Manson est également cité par System of a Down, les Ramones, Ozzy Osbourne ou encore le rappeur Ice Cube. Si les chansons du gourou ne marqueront pas durablement les esprits, certaines, d’inspiration blues, sont plutôt agréables encore que les paroles jettent une lumière crue sur la vision des femmes du psychopathe. «Jolie fille/ Jolie, jolie fille/ Cesse d’exister». Le groupe Nine Inch Nails a aussi bénéficié d’une grande publicité extra-musicale liée à Charles Manson lorsque le groupe mené par Trent Reznor, de manière très opportune, a enregistré l’un de ses albums au 10050 Cielo Drive, la demeure où Sharon Tate et quatre autres personnes ont été assassinées. Si la légende de ce musicien raté devenu légende urbaine, a forcément influencé nombre de musiciens, la fascination morbide pour Manson ne s’est pas limitée à la sphère musicale. Plus de cinquante ans après les faits, il continue de hanter les esprits et de se poser comme une figure majeure du mal absolu américain, à la faveur de nombreux livres, sites internet, séries télévisées ou encore films qui ont alimenté le mythe. Dans l’un des derniers épisodes de la saison 7 d’American Horror Story, la série de Ryan Murphy revient sur le meurtre de Sharon Tate et cette nuit cauchemardesque d’août 1969. Le meurtrier est également représenté dans un épisode de South Park, Joyeux Noël, Charles Manson. La série Aquarius, avec David Duchovny est une version romancée de la traque de Charles Manson et des événements autour de la «Famille». Cette année, la série Netflix Mindhunter, réalisée en partie par le maître du cinéma criminel américain David Fincher, raconte la naissance du profilage dans les années 1970, et les premiers balbutiements de la psychologie criminelle. La figure de Charles Manson est seulement évoquée mais, en filigrane, son spectre plane sur la première saison. De nombreux livres ont également retracé l’histoire du meurtrier le plus célèbre de l’histoire. L’un des premiers, le best-seller Helter Skelter, l’histoire vraie des meurtres de Manson, écrit par Vincent Bugliosi et Curt Gentru, publié en 1992 retrace l’enquête, l’arrestation et le jugement de Charles Manson et ses acolytes. Vincent Bugliosi était procureur lors du procès. Plus récemment, The Girls d’Emma Cline, dresse le portrait sans concession d’une jeune femme de quatorze ans qui va se retrouver dans une secte au leader charismatique, inspiré de la Manson Family. «Emma Cline est un prodige. Du haut de ses vingt-sept ans, elle cerne l’essence d’une époque qu’elle n’a pas connue», écrivait Éric Neuhoff dans les colonnes du Figaro. En 2016 est également sorti le livre California Girls du journaliste et romancier français Simon Liberati, qui raconte l’assassinat barbare de Sharon Tate en se focalisant moins sur Manson que sur ses adeptes lobotomisés.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Les femmes séduites |
Monquotidienbanal |
Notreangebaptiste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jesuiscelina
| Boulimiejetaurais
| Eleanorasecret