22 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

Colloque de la presse en Islande

Suite à un séminaire en Islande, je souhaiterais discuter ici des propos qu’a pu y tenir un journaliste, qui attaquait la base même du brand content. L’accusation faite à l’égard des marques, selon laquelle ces derniers empièteraient sur le boulot des médias en développant des contenus, est passablement fréquente. Néanmoins, son rabâchage méthodique par des experts (autoproclamés, je tiens à préciser), comme si le contenu était une espèce de sphère protégée où les marques n’auraient rien à faire, me paraît un peu suspect. Cette condamnation est souvent construite sur la croyance qu’il y aurait « là-haut » des éminences grises qui détiennent le savoir et à qui il incombe d’éduquer le public « d’en bas », asservi par son ignorance crasse. Quels que soient les mots employés, on retrouve toujours derrière l’idée selon laquelle il faut éviter aux consommateurs d’être dupés par les marques, parce qu’ils seraient tout bonnement incapables de faire la différence entre une publicité maquillée et du contenu « réel ». Or, la constatation que je peux faire sur le terrain avec les consommateurs, c’est que les marques sont en fait en prise avec des auditeurs, lecteurs et spectacteurs avertis, parfaitement conscients des mécanismes de la communication marketing. Ils savent parfaitement différencier des contenus à vocation commerciale, des contenus de fond, et des contenus mixtes. Bien entendu, les craintes de la marchandisation de l’éditorial demeurent justifiées (je pense tout particulièrement aux contenus de marque qui s’adressent aux gosses), et il convient de s’intéresser à la question. Et je ne renie pas qu’il existe des domaines qu’il faut défendre contre la présence des marques (ce que ne font pas les Etats-Unis, par exemple). Cependant, toutes ces précautions ne doivent pas servir d’excuse pour refuser au consommateur le pouvoir de jauger de lui-même les contenus proposés. Le consommateur a le contrôle, et il n’y a aucune raison que ce pouvoir qui est le sien ne s’étende pas aux médias habituels. Ce séminaire a montré encore une fois combien les médias classiques appréhendent l’avènement de ces nouveaux acteurs que sont les marques. Mais à eux de confirmer leur dynamisme et leur créativité, car ils ne peuvent plus se satisfaire de claironner ces « vérités » sans preuves ! Davantage d’information sur ce séminaire en Islande en surfant sur le site de l’organisateur.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Les femmes séduites |
Monquotidienbanal |
Notreangebaptiste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jesuiscelina
| Boulimiejetaurais
| Eleanorasecret