02 décembre 2018 ~ Commentaires fermés

La mission des avions de combat

Le J-10 adopte une configuration aérodynamique «sans queue-canard-delta», qui a été développée à l’origine pour le chasseur J-9 annulé. L’avion a les gouvernes horizontales avancées pour devenir un canard devant l’aile. Lorsque l’avion s’engage, au lieu de pousser la queue vers le bas en diminuant la portance générale, le canard soulève le nez, ce qui augmente la portance globale. Étant donné que le canard ramasse le flux d’air frais au lieu du sillage derrière l’aile principale, l’avion peut obtenir une meilleure autorité de contrôle avec une surface de contrôle de plus petite taille, réduisant ainsi la traînée et le poids. L’avion utilise une prise d’air réglable, montée sur le menton, qui alimente en air le turboréacteur double flux à combustion unique Lyulka-Saturn AL-31FN. La partie supérieure de la prise d’air est dotée d’une rampe d’admission conçue pour générer une onde de choc oblique inclinée vers l’arrière afin de faciliter le processus de compression de l’entrée. La rampe se trouve à un angle aigu pour dévier le flux d’air d’admission de la direction longitudinale. Cette conception a créé un espace entre l’entrée d’air et le fuselage avant, et nécessite six petites poutres pour améliorer la structure du vol à grande vitesse. Cette conception d’admission d’air aurait été remplacée par une entrée supersonique de diffuseur (DSI) sur la dernière variante J-10B. La configuration delta-canard sans queue est intrinsèquement instable du point de vue aérodynamique, ce qui procure un niveau d’agilité élevé, en particulier à des vitesses supersoniques. Cependant, cela nécessite un système de contrôle informatisé sophistiqué, ou «fly-by-wire» (FWW), pour assurer une stabilisation artificielle et une élévation des rafales afin de fournir de bonnes caractéristiques de contrôle dans toute l’enveloppe de vol. Le J-10 utilise un quadruplex numérique (système FBW à quatre canaux développé par l’Institut 611. Le logiciel du système FBW a été développé par l’Institut 611 en utilisant le langage ADA. Le pilote est assis dans le cockpit situé au-dessus de la prise d’air et devant le canard. La bulle à deux pièces donne au pilote une excellente vision dans toutes les directions, une caractéristique essentielle du combat aérien. L’ordinateur de commande de vol numérique embarqué pilote l’avion pour le pilote, assurant la coordination automatique du vol et empêchant l’avion de pénétrer dans des situations potentiellement dangereuses telles que des dérapages ou des dérapages involontaires. Cela permet donc au pilote de se concentrer sur ses tâches pendant le combat. Le chasseur-trainer biplace J-10S est identique à la variante monoplace en termes de performances et de configuration avionique, mais son fuselage avant est tendu pour accueillir un second siège pilote. Deux pilotes sont assis en tandem dans le cockpit à deux places avec une seule grande canopée. Une épine dorsale agrandie accueille l’avionique supplémentaire pour le deuxième pilote. L’avion peut être utilisé pour la formation de pilote ou comme chasseur standard. Suivez le lien pour en savoir plus sur ce vol en avion de chasse.

Les Commentaires sont fermés.

Les femmes séduites |
Monquotidienbanal |
Notreangebaptiste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jesuiscelina
| Boulimiejetaurais
| Eleanorasecret