11 février 2020 ~ 0 Commentaire

Un baptême de l’air en douceur

Voilà un cadeau auquel je ne m’attendais pas au Noël dernier une initiation au pilotage d’avion ! Un cadeau folklorique provenant de ma belle-famille (qui n’est jamais en reste pour trouver des idées étranges) que j’étais impatient d’essayer. Trois jours après, j’ai appelé pour réserver une date ! Après une première annulation à cause de violentes pluies, il y a quelques jours, je suis parti à l’aérodrome avec beau-papa pour qu’on s’envoie en l’air. Nous avons rencontré Max, un pilote qui a plus de 4000 heures de vol derrière lui qui allait être mon instructeur du jour. Après qu’il nous ait fait un brief, puis nous nous sommes approchés de l’appareil et j’ai pris place aux commandes. Comme l’appareil était un quatre places, mes amis ont pu assister à mes débuts de pilote en tant que passager. Je croyais que mon instructeur était censé gérer le décollage et de l’atterrissage, deux phases assez techniques. Mais en définitive, voyant que je n’étais pas crispé, il a décidé que c’était à moi de tout faire. Ce n’était pas inconscient de sa part : l’avion était  un véhicule d’auto-école, et toutes les commandes étaient donc doublées. Max pouvait ainsi réparer mes erreurs si nécessaire. La partie décollage n’a posé aucun problème, en définitive. Il suffit d’arriver à la bonne vitesse, de tirer progressivement le manche vers soi, et le bleu envahit la vue. Et une fois en l’air, ce n’est que du bonheur. Comme je l’ai découvert là-haut, les petits avions sont extrêmement une excellente maniabilité. C’est même très simple à piloter qu’une voiture ! Dans le ciel, il faut prendre en considération une troisième dimension supplémentaire, mais dans le même temps, il n’y a ni obstacle ni traffic. C’est tellement vrai qu’on peut obtenir son PPL avant même d’avoir l’âge pour passer le permis de conduire ! Même si piloter requiert de rester concentré à tout moment. Si l’appareil est maniable, il est aussi très léger : le moindre coup de vent le fait osciller en tous sens. Il est donc nécessaire de rattraper le coup avec le manche. Mais bon, ce n’est pas bien compliqué. La seule partie délicate, en définitive, a été l’atterrissage. A l’approche de la piste, Yannick a dû intervenir pour corriger notre vitesse d’approche. Mais à part ça, j’ai tout fait jusqu’au bout. J’ai bien apprécié cette initiation au pilotage d’avion est une bonne façon d’entamer 2016. Et au-dessus de là-bas, la vue est ravissante. Enfin, si j’en crois mon ami. En ce qui me concerne, j’étais totalement concentré sur le fait de maintenir l’assiette de l’appareil, et je n’ai presque pas regardé le paysage pendant le vol ! Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette activité de baptême de l’air à Lille Bondues.

pilotage avion 9

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Les femmes séduites |
Monquotidienbanal |
Notreangebaptiste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jesuiscelina
| Boulimiejetaurais
| Eleanorasecret